Requiem pour une voix - Ars prod
00:00 / 00:00

 

1986 : les retombées du nuage de Tchernobyl commencent à grignoter les cordes vocales des Corses. Ce virus uranique intitulé omertisie paralyse progressivement en quatre décennies les membranes vibratoires de tous les insulaires Et en 2026, le territoire radioactivé est plongée dans l'aphonie. Les habitants de l'île ne sont donc plus en capacité de s'adonner ni à la conversation, ni au chant. Dénués de timbre et d'amplification phonatoires, ils ne peuvent plus que murmurer, siffler et émettre des bruits laryngés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Fabulistes endossent pour ce troisième Opus le rôle de de linguiste des mots non-dits. Alpabètiseuse des murmures, poète des onomatopées, styliste des émotions, palabreuse arborée, historien des résistances silencieuses, vidéaste des cordes, nuancier des émotions, tisseur de ponts insulaires, monologuiste intérieur antédiluvien, amplificateur de borborygmes lancent les pistes de l'extension du domaine d'expression.

FABULA #3 

L'omerta prend corps

Requiem pour une voix - Ars Prod
00:0000:00